Archives de catégorie : Outils

Quick tip : démarrer un projet sans un sous dépenser

Bien le bonjoir,

Quand on débute un projet d’application, on n’a pas forcément de budget. Heureusement, on peut commencer sans dépenser un kopeck. Par quoi commencer ?

Tout d’abord « gérer » son projet. Vous pouvez évidemment vous contenter de post-it sur un mur mais vous pouvez également utiliser un outil simple et efficace : trello.

Maintenant que vous pouvez lister les tâches et répartir le travail, il faut stocker et partager le code source de votre application. Il existe pas mal de services pour des projets open sources, si vous voulez commencer par un dépôt privé, je vous propose Bitbucket. Vous serez ainsi doté d’un dépôt de source couplé avec tous les outils nécessaires (wiki, bug tracking, etc..)

Marché oblige, vous voulez internationnaliser votre application ? Pour travailler sur les traductions, je vous suggère onesky. Vous pourrez offrir une interface intuitive à vos traducteurs et exporter les traductions dans le format qui vous convient.

On commence à être bien, gestion de projet, gestion des sources mais il faut aussi pouvoir délivrer une application. Pour l’intégration continue, je vous conseille codeship.  Vous pourrez lancer votre compilation/construction, vos tests et déployer votre application ou bon vous semble.

Justement, en parlant de déploiement, vous pouvez utiliser Heroku ou jelastic ou openshift en fonction de vos besoins.

Voilà, en quelques services, vous pouvez commencer à travailler sur votre projet ! Je ne vous donne évidemment qu’une des nombreuses possibilités de ce qu’offre le net .  N’hésitez pas à commenter en ajoutant vos expériences et vos services préférés.

@bientôt

PS: je ne suis pas sponsorisé, ce ne sont que des services dont j’ai eu l’occasion de me servir 😉

 

Codefest intel XDK à Toulouse organisé par BeMyApp

Quelques mots pour vous parler du codefest sur l’intel xdk organisé par BeMyApp à l’Epitech de Toulouse auquel j’ai participé avec un ami.

Accueil & orga

Le staff de BeMyApp était très sympa, l’accueil était chaleureux et les gens souriants. Pour la salle, bien que pourvue en boisson et grignotages, c’était plus compliqué. Il y avait apparemment plus de monde que prévu et il a fallu dealer pour trouver des places assises (merci à celui qui nous a permis de nous poser). Au final, la salle était bondée mais dans une bonne ambiance.

Présentation

Nous avons eu deux intervenants Xavier Hallade d’intel et Olivier Gonthier Consultant Android chez Orange Vallée.

Pour faire simple, Intel propose un ensemble d’outils pour faire du développement mobile à partir d’un dev web. Parmis ces outils :

  • Un éditeur de code basé sur brackets dont je vous parle dans l’article Brackets, l’éditeur web expérimental à expérimenter !
  • Un designer pour créer ses applications avec du WYSIWYG
  • Un émulateur (Apache Ripple)
  • Un écran de test pour mobile
  • Un écran de debug qui utilise les debugger tools de chrome
  • Un compilateur qui utilise Apache cordova pour lier le « tronc » web aux capacités natives des devices
  • Un accès aux serveurx d’intel qui se chargent de la compilation
  • Une api de manipulation de composents & d’événements

La force du produit est le fait d’avoir un environnement de travail complet qui permette un développement mobile en HTML/JS/CSS quelque soit le device ciblé (android/IOS/blackBerry etc..)

Avantages:

  • On s’abstrait du SDK et de l’environnement du device cible
  • On reste dans le même environnement de travail pour créer son appli, la tester, la packager et la déployer (je n’ai pas testé la publication sur les stores)
  • Pour ceux qui sont perdus avec le design, l’éditeur graphique permet de créer des écrans rapidement
  • Utilisation d’un socle commun web (html/css/js) pour faire des applis vers différents os mobiles

Inconvénients :

  • On est dépendant d’une connexion internet
  • On doit faire confiance à Intel pour le code envoyé (On nous a assuré de la confidentialité du code. Au pire on peut toujours obfusquer avant d’envoyer)
  • L’éditeur est pour l’instant bogué (interface qui plante, composants qui disparaissent)
  • La peinture est fraîche, ça reste de la Beta 😉
  • Les performances contestables

Conclusion

Un bon accueil et une présentation sympathique, mais l’intel xdk ne m’a pas convaincu. La peinture est trop fraîche, les performances contestables (du moins pour les applications de démo) et les problèmes trop nombreux à l’utilisation. Ça reste cependant une bonne idée, il faut être attentif aux prochaines évolutions.

N’hésitez pas à le tester et à partager vos avis. Pour les plus motivés, il y a un challenge : http://codefestchallenge.bemyapp.com/

 

 

Brackets, l’éditeur web expérimental à expérimenter !

Profile

logo de l'éditeur Brackets

Découverte

C’est lors d’une discussion qu’on me conseilla Brackets (merci Sylvain). C’est un éditeur Cross plateforme, simple, gratuit avec une communauté active, fait par et pour des développeurs web.

Made with ♥ and JavaScript

Je le télécharge, l’installe, et…. ça ne fait pas tout ce qu’on m’a promis! Point d’inquiétude cependant car mon conseilleur me dit : « ça marche avec un système d’extensions, je vais te filer les miennes ». OK, en fait les extensions se trouvent et se téléchargent directement depuis l’éditeur.

capture de l'écran de gestion des extensions 

Utilisation

Extensions

Je vous donne une petite liste d’extensions que j’utilise :

  • Annotate : génération d’annotations de jsdoc
  • Beautify : format JS, HTML& CSS
  • Brackets Key Remapper : permet de modifier le mapping des raccourcis
  • Brackets Snippets : une extension pour créer et utiliser des snippets
  • brackets-code-folding : extension pour avoir du code folding
  • Display Shortcuts : montre les raccourcis en bas de l’écran
  • Interactive Linter : remonte les erreurs à partir de JSHint/JSLint/CoffeeLint en temps réel
  • HTMLHint : support htmlLint
  • Jade : support de jade.js
  • Reload in Browser : pour recharger le browser avec un raccourci clavier
  • Simple JS Code Hints : support un peu moins contraignant que le JSLint d’origine
  • Themes for Brackets : fourni une liste de thèmes pour personnaliser l’éditeur
  • Theseus for Brackets : debugging JS dans Chrome pour Node.js
  • Todo : gestion des todo du projet
  • Various improvements : tout est dans le nom

Les mises à jours sont régulières et sont en évidence dans le gestionnaire d’extensions.
J’ai eu un problème avec l’extension des thèmes, il suffit de recharger Brackets (F5 ou Deboguer>Recharger Brackets)
Le linter JS interactif est parfois capricieux, la plupart du temps, il suffit de sauvegarder et de formater le code (ctrl+alt+l).
Il existe bien d’autres extensions, je ne vous ai pas listé toutes celles que je teste, mais je vous laisse le plaisir de la découverte.

Sur un projet

Capture d'écran de barckets sur un fichier app.js (node.js)

J’ai découvert Brackets en créant mon premier projet Node.js.
Avec les extensions et une console, c’est plutôt confortable.
On peut ouvrir un dossier représentant le projet et l’arborescence est accessible dans un volet.
Les code linters interactifs permettent de limiter les problèmes syntaxiques.
Le formatage et la coloration syntaxique sont plus que correct.
J’ai regretté l’impossibilité de splitter la fenêtre, finalement je lance plusieurs instances de Brackets.

Capture d'écran d'édition de css avec Brackets
J’ai été un peu déçu par par Theseus qui ne propose pas une exploration des objets en profondeur, mais je vous en reparlerai dans un article ultérieur.

Il y a quand même pas mal d’instabilité mais comme les technos sont récentes et les mises à jours très régulières, c’est tout à fait normal et supportable.

Conclusion

Les moins

  • L’instabilité des extensions. C’est l’apanage de la jeunesse.
  • Le foisonnement d’extensions peut perdre un peu le néophyte (que je suis).
  • L’état BETA. Il manque des choses basiques comme le split d’écran.
  • La politique d’Adobe. On a vu comment ont fini certains projets, on peut légitimement se demander ce qu’ils vont faire de cet éditeur

Les plus

  • L’esprit. On voit la même inspiration que pour Sublime Text
  • L’ouverture. On peut suivre les évolutions, partager nos remarques, participer au développement
  • La communauté vraiment active, des mises à jours régulières et des extensions bien pensées
  • La mise à jour en live du navigateur sur les modifications dans l’éditeur
  • Les aides d’éditions (choix des couleurs, modification des CSS etc..)
  • Les interactions éditeur/Chrome (affichage en live des appels de méthode d’un serveur node avec Theseus)

En bref

Brackets est un éditeur vraiment prometteur. Si cet esprit reste et que la gestion produit est bonne, on aura certainement un des meilleurs éditeurs du marché. La seule ombre au tableau est le doute quand à la politique d’Adobe. Je vous encourage vivement à le tester si vous bossez sur du JS, HTML et CSS.

Il est ou ton environnement de travail ? Dans ton cloud!

Dans de précédents articles (IDE rails la suiteAptana, finalement pas) , nous avons abordé différents IDE pour faire du développement rails sous Windows. Le choix d’outils en fonction de l’environnement est incontournable pour tout développeur. L’installation de l’IDE et la configuration de votre environnement n’est plus une fatalité, il existe une alternative: le cloud !

Je vous propose de découvrir deux outils  Koding et Cloud9 IDE online. Ce sont tous deux des environnements de développement intégrés utilisables directement dans votre navigateur favori.

Koding

C’est une plateforme de développement orientée réseau social. Quand vous vous connectez, vous tombez sur l’activité de tous les usagers. Sachant qu’à l’heure ou j’écris cet article, il y a 44 144 utilisateurs (d’après leur page membres), ça pollue passablement votre flux. Mais n’ayez crainte, vous pouvez configurer tout ça.

Coté développement, il y a de quoi s’amuser un peu. Il s’agit d’une VM avec un CentOS et des éléments de base: un terminal pour manipuler la vm, un éditeur de texte avec une coloration syntaxique et quelques applications.

J’ai testé un créateur de projet rails qui semble fonctionner sans problème. J’avoue avoir été un peu perdu une fois le projet créé, j’ai cherché comment l’utiliser car le viewer ne le permet pas.  Après plusieurs tentatives infructueuses et un peu de googling, je suis tombé sur la marche à suivre : http://kwiki.koding.com/wiki/RoR. Bon c’est un peu basique mais ça fonctionne ;). J’ai également récupéré mes projets depuis mon compte github sans aucun soucis.

Conclusion

Le message est clair, c’est une beta avec pas mal de « coming soon », de choses assez basiques  et de plantages réguliers (ralentissements, impossibilité d’utiliser la console). Cependant, on peut s’en sortir avec quelques recherches sur google et la lecture des documents proposés par les utilisateurs. L’orientation application  à la façon market encourage la communauté dans l’amélioration des services de la plateforme. On peut toutefois se demander sous quelle forme ce service sera monétisé et dans quelle mesure on pourra utiliser son compte « gratuit ».

Cloud9

Plus ancien, il est aussi plus abouti et bien documenté. La version gratuite permet une utilisation « basique » avec des espaces de travail publiques et alloue un espace de 123M. La version payante (12$/mois) permet, entre autre, 6 espaces privés, votre propre VM et un nombre illimité de collaborateurs. Pour mon test, je me suis connecté sur mon compte github et j’ai récupérer quelques projets. Pour le projet rails, j’ai suivi cette documentation. L’utilisation m’a parue plus simple que Koding et l’environnement moins « fouillis ». On comprend rapidement comment lancer son application.

Conclusion

Cloud9 propose un environnement efficace et clair. Il est plus mature, possède également une formule payante plus complète. Je n’ai pas eu de soucis particulier, ces quelques heures d’utilisation m’ont convaincue. Je pense continuer dans mon exploration, voir développer un ou deux petits projets avec, histoire d’en voir un peu plus. La version gratuite me suffit car je n’ai que peu de projets et ils sont tous open-source. Un passage à la version payante se justifierait avec un projet non open source ou des besoins plus importants (plus d’informations).

Le mot de la fin

A mon sens, Koding est clairement plus orienté plateforme communautaire alors que Cloud9 propose un environnement développement pur et dur. Les deux permettent de développer une application en gardant un œil sur le résultat et une console ouverte pour l’exécution des commandes et autres scripts.

Dans les deux cas, l’avantage de ne pas avoir à installer son environnement de travail est incontestable  Vous pouvez développer de n’importe où, il vous suffit d’un navigateur. L’inconvénient est bien-sur le besoin d’une connexion internet et l’ouverture vers l’extérieur qui peut soulever des problèmes de sécurité.

N’hésitez pas à partager vos expériences sur ces outils ou d’autres environnements. Il me reste deux invitations pour Koding si ça tente quelqu’un 😉

@bientôt

De retour sous windows

Chère Lectrice, cher Lecteur,

cela fait quelque temps que nous ne nous sommes pas vus.

J’ai changé d’environnement de travail et je suis retourné sous Windows. Point de moquerie je vous prie…
Allez, comme j’aime partager mes découvertes, je vous propose quelques liens pour améliorer vos conditions de travail :

  • Pour regarder votre base de données : Heidi SQL
  • Si vous connaissez SublimeText , il est disponible sous Windows !  A défaut NotePad++
  • Pour les capture d’écran, un outil simple et efficace : ScreenPresso
  • Pour les diagrammes et autres schémas de réflexion, je vous propose une application web fort symphatique : Cacoo

Voila un article de remise en jambe un peu court mais je vous prépare la suite en coulisse  :

  • Reprise de pibou
  • Développement en rails depuis Windows (si c’est pas de l’aventure ca ;))
  • Du JS (extjs/highcharts/…)
  • Du java
  • Des news sur le pouce

@ Bientôt

Trello, le tableau de bord qui ne se prend pas la tête

Aujourd’hui je vais vous parler de Trello, un outil bien pratique et gratuit!

Mais à quoi ça sert ?

J’en vois plusieurs usages :

  • Une liste de choses à faire (course/tâches de la journée)
  • Un support de gestion de projet
  • Un outil d’organisation d’idées

Pourquoi utiliser une application en ligne ?

  • Accessible depuis n’importe quel navigateur
  • Possibilité de partager ses tableaux avec d’autres personnes
  • Les données sont mises à jour en direct. Si je change un élément de place, tous les navigateurs ouverts sur le même tableau seront mis à jour (presque) en temps réel.
  • Limiter la déforestation 😉

Exemple d’utilisation – le suivi des articles du blog

Je me suis créé des colonnes qui correspondent aux différentes étapes du processus de création d’un article.

  1. Idées & sujets à explorer
  2. Sélection des idées d’articles à partir des explorations
  3. En cours de rédaction
  4. La relecture. Toute forme de correction et d’avis sur l’article (orthographe, syntaxe, clarté)
  5. Les derniers articles publiés
Je déplace la carte qui représente l’article en fonction de son état d’avancement.

Ce que j’ai aimé :

  • La simplicité d’utilisation, on adapte rapidement le tableau à ses besoins
  • Pouvoir reprendre facilement le travail où je m’étais arrêté
  • Les options par carte (liste à cocher, commentaire, vote, etc..)

Ce que j’aurais aimé:

  • Tester le travail collaboratif (je n’en ai pas eu l’occasion)
  • Une notion de temps passé sur les cartes

Le mot de la fin

Pour un utilisateur de Scrum ou de Kanban, on peut rapidement trouver ses repères et avoir un tableau de suivi « basique ». Mais il n’est pas nécessaire de connaitre ces méthodes pour utiliser Trello. Il suffit de vouloir organiser son travail sous forme de listes via un outil en ligne. Utilisez-vous aussi des outils similaires ?

@bientôt